s'inscrire à la lettre d'informations


annonces des séminaires de l'Agora

thème actuel : Transfert, savoirs, secrets. Qu'est ce que travailler ensemble ?

bibliographie du thème actuel

Monsieur Tanguy Wuillème, Maître de conférences en Sciences de l'Information et de la Communication à l'Université de Nancy II. Spécialiste de philosophie politique et membre du comité de rédaction de la revue "Drôle d'époque". Il a notamment dirigé l'ouv

On peut consulter l'argument général sur le site arecs.net

Le secret politique : entre pratique ordinaire et pouvoir d'exception

La conférence de Tanguy Wuillème nous permettra d'aborder la question du secret sous l'angle de sa nécessité politique, pour une société. Pour "vivre ensemble" en effet il faut préserver un espace d'intimité à chacun, qui ne mette pas en péril la collectivité comme telle. Le pouvoir, et en particulier l'Etat, se préoccupe vivement de la constitution de cet espace et de ses limites. L'apport de ce point de vue nous permettra de situer d'une nouvelle manière les questions que nous avons abordées jusqu'ici.

Lundi 1er octobre 2007 à 10 heures, dans la salle de conférences de la communauté d'Agglomération d'Evry.

Voici l'argument qui nous a été adressé par le conférencier.

Argument de Tanguy Wuillème.

Le secret politique : entre pratique ordinaire et pouvoir d'exception.

Il se pourrait qu'au regard de l'actualité post-11septembre 2001, des mesures prises par le gouvernement Bush, la prophétie de Walter Benjamin soit réalisée : « l'Etat d'exception dans lequel nous vivons est la règle ». De quel secret a besoin cet Etat d'exception ? Est-il le préalable au jeu de tensions inhérent à cet état ? Ruine-t-il l'idéal de délibération et de communication sur lequel repose l'Etat de droit ? Est-il possible de surmonter cette dialectique propre au politique ?
De l'installation progressive de cet Etat d'exception, doit-on d'une part se réjouir : nous serions alors entrés dans un temps où le politique retrouve son aspect « extatique », intense, créatif contre la normalité de la police, de la politique immunitaire et sécuritaire. On sortirait de l'ordre juridique qui avait refoulé le désordre, l'anarchie propre à la vie sociale. Ou faut-il au contraire dénoncer cet état des choses et en appeler à un nouveau concept de l'Etat de droit (non autodestructeur), pouvant développer une compréhension de l'exceptionnalité, des vérités obscures et extrêmes du politique. Pouvons-nous traiter rationnellement de l'irrégulier ?

Pour comprendre le concept de politique, il faut déployer aux extrêmes sa signification, l'entendre non pas comme une mise en relation d'hommes et d'institutions mais de forces (extrêmes). Il s'agit de savoir de quoi est capable le pouvoir, de quelle puissance est-il le dépositaire et jusqu'où cette puissance peut s'exercer. Le réel crée le possible.
A l'orée des XVI-XVIIèmes siècles, puisque le monde n'est pas sans danger (guerres civiles religieuses) l'Europe adopte la politique étatique. Théorisé, réalisé, effectué, l'Etat qu'il soit au service du prince ou du peuple ne se donne cependant jamais à voir dans les temps ordinaires (comme Etat de droit) mais dans les temps d'exception, lorsqu'il en va de la vie et de la mort, de la fondation ou de l'effondrement de la cité et surtout du salut public. La violence est son révélateur.
Cette intervention ne s'intéressera pas au secret d'Etat en temps ordinaires (qui agit en vue de la gouvernementalité, les arcana imperii comme moyens classiques normaux de gouvernement) mais aux secrets nécessaires pour des temps agités.
Des textes souvent négligés par la pensée révèle ce secret néfaste, créateur d'effroi, sorte de transcendance négative qui n'opère que dans le cadre d'une rupture de toute règle et de toute loi, même celle de la raison, de la rationalité politique. La folie de la politique est peut-être sa vérité.
Du côté du pôle étatique, il s'agit de la mise en place du « coup d'Etat » (tel que le définit Gabriel Naudé au XVIIème siècle), qui requiert une méthodologie de la transgression, de la suspension du droit, d'une maximisation de l'hostilité. Du côté populaire, on trouve la pensée et l'exemplarité de la conjuration, de la révolution. Ces deux pôles nous rapprochent au plus près du concept de politique comme état d'exception.

dates des séminaires 2017/2018

02/10/2017, 06/11/2017, 04/12/2017, 08/01/2018, 05/02/2018, 05/03/2018, 09/04/2018, 04/06/2018

archives