s'inscrire à la lettre d'informations


éditorial

Séminaire de l'Agora 2017/2018 "Rencontre et Construction" Lundi 2 octobre à 10 h à Canopé.

Pour introduire le séminaire de l'année sur le thème de la rencontre, j'ai souhaité partir de la littérature et dérouler le fil d'un texte très poétique de Jeanne Benameur : Les demeurées.
C'est l'histoire de l'amour absolu d'une mère pour son enfant. Un amour sans faille, immuable, niché au creux du corps. La mère, « on l'appelle La Varienne, qui sait pourquoi ! ». La fille, c'est Luce, tout court. C'est comme ça que sa mère l'a appelée et ça suffit. Ensemble, elles habitent un univers clos où même les objets du monde doivent être apprivoisés. Rien ne les sépare, pas même le regard ou la voix. Elles demeurent.
C'est une rencontre avec une institutrice qui va bouleverser la vie de ces deux êtres emmurés dans l'immensité de leur amour, autant qu'elle bouleversera celle qui croit qu'on peut faire accéder les êtres au savoir malgré eux.

Ce très beau texte déploie avec beaucoup d'intuition et de délicatesse la complexité du vivre ensemble autant que la poésie de l'ordinaire.Effet pétrifiant de l'assignation, résistance au savoir, conflit de loyauté, sont autant de questions qui animent notre pratique quotidienne, et lorsqu'elle advient, la rencontre comme évènement qui échappe à toute maitrise.
Au gré de cette déambulation j'esquisserai, non pas une analyse, mais une lecture subjective de ce texte en ce qu'il a fait écho pour moi à la clinique de l'ordinaire.

M. TERKI
Psychiatre de secteur 91 I 03

archives